BPI. Débats en ligne : Politique https://webtv.bpi.fr FR Mon, 24 Jan 2022 20:29:10 +0100 Mon, 24 Jan 2022 20:29:10 +0100 https://webtv.bpi.fr/design/images/logo_bpi.jpg Bibliothèque publique d'information. Débats en ligne https://webtv.bpi.fr Bibliothèque publique d'information Bibliothèque publique d'information Politique Politique 5G, semi-conducteurs, satellites https://webtv.bpi.fr/doc=17855 2022-01-05 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17855/20211213DipChiAR-AU01_01Bpi.mp3 01:54:38 Lancé en 2015, le plan Made in China 2025 vise à hisser la Chine en tête de dix secteurs-clefs des technologies d’avenir. Depuis lors, elle investit massivement dans les réseaux 5G, domine le marché de la vidéosurveillance, développe son propre système satellitaire Beidou, envoie des sondes sur la Lune et sur Mars… Quelles conséquences de ces avancées technologiques sur le plan géostratégique ? Lui permettront-elles d’accélérer la modernisation et l’exportation de ses capacités militaires dans les prochaines années ? La Chine peut-elle désormais être considérée comme une puissance spatiale ? Avec : Juliette Genevaz, Mathieu Duchâtel Lancé en 2015, le plan Made in China 2025 vise à hisser la Chine en tête de dix secteurs-clefs des technologies d’avenir. Depuis lors, elle investit massivement dans les réseaux 5G, domine le marché de la vidéosurveillance, développe son propre système satellitaire Beidou, envoie des sondes sur la Lune et sur Mars… Quelles conséquences de ces avancées technologiques sur le plan géostratégique ? Lui permettront-elles d’accélérer la modernisation et l’exportation de ses capacités militaires dans les prochaines années ? La Chine peut-elle désormais être considérée comme une puissance spatiale ? Avec : Juliette Genevaz, Mathieu Duchâtel Lancé en 2015, le plan Made in China 2025 vise à hisser la Chine en tête de dix secteurs-clefs des technologies d’avenir. Depuis lors, elle investit massivement dans les réseaux 5G, domine le marché de la vidéosurveillance, développe son propre système satellitaire Beidou, envoie des sondes sur la Lune et sur Mars… Quelles conséquences de ces avancées technologiques sur le plan géostratégique ? Lui permettront-elles d’accélérer la modernisation et l’exportation de ses capacités militaires dans les prochaines années ? La Chine peut-elle désormais être considérée comme une puissance spatiale ? Avec : Juliette Genevaz, Mathieu Duchâtel   Bataille pour le climat : enjeux géopolitiques https://webtv.bpi.fr/doc=17764 2021-11-27 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17764/20211122-MonFilAR-AU01_01Bpi.mp3 01:16:38 Le réchauffement climatique impose une réorientation complète de l’économie mondiale et des mutations profondes dans l’organisation des sociétés. Pour l’Europe, cette transition permettra, à terme, de s’extraire de la dépendance aux importations d’énergies fossiles, mais la course vers la neutralité climatique nourrit aussi de nouvelles formes de rivalités entre grandes puissances. Quels sont les enjeux stratégiques autour du contrôle des technologies bas-carbone ? L’accès aux minerais et métaux est-il la clé de la souveraineté énergétique de demain ? Les tentatives d’alignement entre agendas commercial et climatique risquent-elles d’attiser les tensions internationales ? Avec : Marc-Antoine Eyl-Mazzega, Carole Mathieu Le réchauffement climatique impose une réorientation complète de l’économie mondiale et des mutations profondes dans l’organisation des sociétés. Pour l’Europe, cette transition permettra, à terme, de s’extraire de la dépendance aux importations d’énergies fossiles, mais la course vers la neutralité climatique nourrit aussi de nouvelles formes de rivalités entre grandes puissances. Quels sont les enjeux stratégiques autour du contrôle des technologies bas-carbone ? L’accès aux minerais et métaux est-il la clé de la souveraineté énergétique de demain ? Les tentatives d’alignement entre agendas commercial et climatique risquent-elles d’attiser les tensions internationales ? Avec : Marc-Antoine Eyl-Mazzega, Carole Mathieu Le réchauffement climatique impose une réorientation complète de l’économie mondiale et des mutations profondes dans l’organisation des sociétés. Pour l’Europe, cette transition permettra, à terme, de s’extraire de la dépendance aux importations d’énergies fossiles, mais la course vers la neutralité climatique nourrit aussi de nouvelles formes de rivalités entre grandes puissances. Quels sont les enjeux stratégiques autour du contrôle des technologies bas-carbone ? L’accès aux minerais et métaux est-il la clé de la souveraineté énergétique de demain ? Les tentatives d’alignement entre agendas commercial et climatique risquent-elles d’attiser les tensions internationales ? Avec : Marc-Antoine Eyl-Mazzega, Carole Mathieu   Rival systémique, partenaire stratégique https://webtv.bpi.fr/doc=17749 2021-11-12 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17749/20211108-DipChiAR-AU01_01Bpi.mp3 01:50:50 Moins touchée que d’autres pays par la crise économique et financière mondiale de 2008-2009, la Chine est désormais la deuxième économie mondiale et cherche à consolider son statut de puissance économique par différentes initiatives d’envergure. Ainsi, lancées dès 2013 par le président Xi Jinping, les nouvelles routes de la soie prennent-elles la forme d’un immense réseau commercial reliant la Chine à l’Europe, l’Afrique et d’autres régions du monde par voies terrestres et maritimes. En novembre 2020, la Chine signe avec 14 pays d’Asie et du Pacifique le Partenariat régional économique global (RCEP), le plus vaste accord commercial au monde à ce jour. En parallèle, la Chine renforce sa politique de sanctions économiques, qui touche notamment l’Australie et le Canada. Comment les relations économiques chinoises se concrétisent-elles à l’étranger ? Comment la Chine se positionne-t-elle face à des pays à la fois partenaires et rivaux ? Avec : Françoise Nicolas, Sébastien Jean Moins touchée que d’autres pays par la crise économique et financière mondiale de 2008-2009, la Chine est désormais la deuxième économie mondiale et cherche à consolider son statut de puissance économique par différentes initiatives d’envergure. Ainsi, lancées dès 2013 par le président Xi Jinping, les nouvelles routes de la soie prennent-elles la forme d’un immense réseau commercial reliant la Chine à l’Europe, l’Afrique et d’autres régions du monde par voies terrestres et maritimes. En novembre 2020, la Chine signe avec 14 pays d’Asie et du Pacifique le Partenariat régional économique global (RCEP), le plus vaste accord commercial au monde à ce jour. En parallèle, la Chine renforce sa politique de sanctions économiques, qui touche notamment l’Australie et le Canada. Comment les relations économiques chinoises se concrétisent-elles à l’étranger ? Comment la Chine se positionne-t-elle face à des pays à la fois partenaires et rivaux ? Avec : Françoise Nicolas, Sébastien Jean Moins touchée que d’autres pays par la crise économique et financière mondiale de 2008-2009, la Chine est désormais la deuxième économie mondiale et cherche à consolider son statut de puissance économique par différentes initiatives d’envergure. Ainsi, lancées dès 2013 par le président Xi Jinping, les nouvelles routes de la soie prennent-elles la forme d’un immense réseau commercial reliant la Chine à l’Europe, l’Afrique et d’autres régions du monde par voies terrestres et maritimes. En novembre 2020, la Chine signe avec 14 pays d’Asie et du Pacifique le Partenariat régional économique global (RCEP), le plus vaste accord commercial au monde à ce jour. En parallèle, la Chine renforce sa politique de sanctions économiques, qui touche notamment l’Australie et le Canada. Comment les relations économiques chinoises se concrétisent-elles à l’étranger ? Comment la Chine se positionne-t-elle face à des pays à la fois partenaires et rivaux ? Avec : Françoise Nicolas, Sébastien Jean   Les enjeux du changement climatique https://webtv.bpi.fr/doc=17690 2021-10-14 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17690/20211001-_ForEnvAR-AU01_02Bpi.mp3 02:17:42 Alors que la tentation du déni ou du fatalisme est grande, comment l’énoncé des données scientifiques peuvent-elles convaincre qu’une action de tous est possible pour éviter le pire en matière de changement climatique et de biodiversité ? Comment la mise en perspective historique peut-elle éclairer des pistes de projection dans l’avenir ? Avec : Hervé Le Treut, Christophe Bonneuil, Anne-Caroline Prévot Alors que la tentation du déni ou du fatalisme est grande, comment l’énoncé des données scientifiques peuvent-elles convaincre qu’une action de tous est possible pour éviter le pire en matière de changement climatique et de biodiversité ? Comment la mise en perspective historique peut-elle éclairer des pistes de projection dans l’avenir ? Avec : Hervé Le Treut, Christophe Bonneuil, Anne-Caroline Prévot Alors que la tentation du déni ou du fatalisme est grande, comment l’énoncé des données scientifiques peuvent-elles convaincre qu’une action de tous est possible pour éviter le pire en matière de changement climatique et de biodiversité ? Comment la mise en perspective historique peut-elle éclairer des pistes de projection dans l’avenir ? Avec : Hervé Le Treut, Christophe Bonneuil, Anne-Caroline Prévot   Que faire pour demain : Mobilisations citoyennes https://webtv.bpi.fr/doc=17693 2021-10-14 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17693/20211002-ForEnvAR-AU01_03Bpi.mp3 01:39:01 Grèves pour le climat, lutte contre l’artificialisation des sols, occupations de zones à défendre, créations d’écoquartiers, lutte contre l’enfouissement de déchets radioactifs… autant de mobilisations citoyennes et écologistes qui témoignent de la prise de conscience que nos milieux de vie sont menacés. Le militantisme écologiste a beaucoup changé ces dernières années avec les réseaux sociaux et l’éloignement grandissant des partis politiques. Les formes variées qu’il prend aujourd’hui, qui vont du lobbying à l’action radicale, sont-elles concurrentes ou complémentaires ? Avec : Clément Sénéchal, Adelaïde Charlier, Geneviève Azam Grèves pour le climat, lutte contre l’artificialisation des sols, occupations de zones à défendre, créations d’écoquartiers, lutte contre l’enfouissement de déchets radioactifs… autant de mobilisations citoyennes et écologistes qui témoignent de la prise de conscience que nos milieux de vie sont menacés. Le militantisme écologiste a beaucoup changé ces dernières années avec les réseaux sociaux et l’éloignement grandissant des partis politiques. Les formes variées qu’il prend aujourd’hui, qui vont du lobbying à l’action radicale, sont-elles concurrentes ou complémentaires ? Avec : Clément Sénéchal, Adelaïde Charlier, Geneviève Azam Grèves pour le climat, lutte contre l’artificialisation des sols, occupations de zones à défendre, créations d’écoquartiers, lutte contre l’enfouissement de déchets radioactifs… autant de mobilisations citoyennes et écologistes qui témoignent de la prise de conscience que nos milieux de vie sont menacés. Le militantisme écologiste a beaucoup changé ces dernières années avec les réseaux sociaux et l’éloignement grandissant des partis politiques. Les formes variées qu’il prend aujourd’hui, qui vont du lobbying à l’action radicale, sont-elles concurrentes ou complémentaires ? Avec : Clément Sénéchal, Adelaïde Charlier, Geneviève Azam   Trente ans après la chute de l’URSS : l’espace postsoviétique revisité https://webtv.bpi.fr/doc=17699 2021-10-13 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17699/20211011-MonFilAR-AU01_01Bpi.mp3 01:13:05 En 1991, la chute de l’URSS a donné naissance à quinze républiques indépendantes. Trente ans plus tard, quel bilan peut-on tirer de ce divorce à l’amiable ? Les trois pays baltes ont adhéré à l’Alliance atlantique et à l’Union européenne. Les douze autres tentent des projets de réintégration régionale avec des configurations différentes et des succès variables. Sur le plan économique, si les pays dotés de matières premières s’en sortent grâce à la rente énergétique, force est de constater qu’aucune des républiques n’est devenue un modèle de transformation réussie. Les régimes politiques varient de la dictature à la démocratie en passant par l’autocratie. Les guerres les ont déchirés à l’intérieur (Tadjikistan) et entre elles (Arménie-Azerbaïdjan, Russie-Géorgie, Russie-Ukraine). La Russie doit de plus en plus composer avec l’influence de la Chine, de la Turquie et de l’Iran dans cette région qu’elle considère pourtant comme son pré carré. Cet espace restera-t-il encore longtemps un laboratoire de transition politique et économique ? Avec : Julien Vercueil, Tatiana Kastouéva-Jean En 1991, la chute de l’URSS a donné naissance à quinze républiques indépendantes. Trente ans plus tard, quel bilan peut-on tirer de ce divorce à l’amiable ? Les trois pays baltes ont adhéré à l’Alliance atlantique et à l’Union européenne. Les douze autres tentent des projets de réintégration régionale avec des configurations différentes et des succès variables. Sur le plan économique, si les pays dotés de matières premières s’en sortent grâce à la rente énergétique, force est de constater qu’aucune des républiques n’est devenue un modèle de transformation réussie. Les régimes politiques varient de la dictature à la démocratie en passant par l’autocratie. Les guerres les ont déchirés à l’intérieur (Tadjikistan) et entre elles (Arménie-Azerbaïdjan, Russie-Géorgie, Russie-Ukraine). La Russie doit de plus en plus composer avec l’influence de la Chine, de la Turquie et de l’Iran dans cette région qu’elle considère pourtant comme son pré carré. Cet espace restera-t-il encore longtemps un laboratoire de transition politique et économique ? Avec : Julien Vercueil, Tatiana Kastouéva-Jean En 1991, la chute de l’URSS a donné naissance à quinze républiques indépendantes. Trente ans plus tard, quel bilan peut-on tirer de ce divorce à l’amiable ? Les trois pays baltes ont adhéré à l’Alliance atlantique et à l’Union européenne. Les douze autres tentent des projets de réintégration régionale avec des configurations différentes et des succès variables. Sur le plan économique, si les pays dotés de matières premières s’en sortent grâce à la rente énergétique, force est de constater qu’aucune des républiques n’est devenue un modèle de transformation réussie. Les régimes politiques varient de la dictature à la démocratie en passant par l’autocratie. Les guerres les ont déchirés à l’intérieur (Tadjikistan) et entre elles (Arménie-Azerbaïdjan, Russie-Géorgie, Russie-Ukraine). La Russie doit de plus en plus composer avec l’influence de la Chine, de la Turquie et de l’Iran dans cette région qu’elle considère pourtant comme son pré carré. Cet espace restera-t-il encore longtemps un laboratoire de transition politique et économique ? Avec : Julien Vercueil, Tatiana Kastouéva-Jean   Grand entretien avec Allan Kaval, journaliste au Monde https://webtv.bpi.fr/doc=17616 2021-09-28 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17616/20210920-ProRepAR-AU01_01Bpi.mp3 01:21:30 A partir de 2014, Allan Kaval a couvert la question kurde en Turquie et la lutte contre l’Etat islamique en Syrie et en Irak avant de rejoindre la rédaction parisienne du journal "Le Monde", puis d’être grièvement blessé lors de la guerre du Haut Karabagh en octobre 2020. Son travail a été récompensé en 2020 par le Prix Albert Londres et par le Prix Bayeux des correspondants de guerre. Hervé Brusini a démarré sa carrière de journaliste à la télévision. Entré à la rédaction d’Antenne 2 en 1982, il devient spécialiste des affaires politico-judiciaires et de terrorisme et crée le service d’enquête de la chaîne avant de fonder avec Élise Lucet l’émission « Pièces à conviction ». Il accompagne la création du site Francetvinfo. En 1991, il est co-lauréat avec Dominique Tierce du prix Albert Londres pour « l’affaire Farewell, la taupe ». Avec : Allan Kaval A partir de 2014, Allan Kaval a couvert la question kurde en Turquie et la lutte contre l’Etat islamique en Syrie et en Irak avant de rejoindre la rédaction parisienne du journal "Le Monde", puis d’être grièvement blessé lors de la guerre du Haut Karabagh en octobre 2020. Son travail a été récompensé en 2020 par le Prix Albert Londres et par le Prix Bayeux des correspondants de guerre. Hervé Brusini a démarré sa carrière de journaliste à la télévision. Entré à la rédaction d’Antenne 2 en 1982, il devient spécialiste des affaires politico-judiciaires et de terrorisme et crée le service d’enquête de la chaîne avant de fonder avec Élise Lucet l’émission « Pièces à conviction ». Il accompagne la création du site Francetvinfo. En 1991, il est co-lauréat avec Dominique Tierce du prix Albert Londres pour « l’affaire Farewell, la taupe ». Avec : Allan Kaval A partir de 2014, Allan Kaval a couvert la question kurde en Turquie et la lutte contre l’Etat islamique en Syrie et en Irak avant de rejoindre la rédaction parisienne du journal "Le Monde", puis d’être grièvement blessé lors de la guerre du Haut Karabagh en octobre 2020. Son travail a été récompensé en 2020 par le Prix Albert Londres et par le Prix Bayeux des correspondants de guerre. Hervé Brusini a démarré sa carrière de journaliste à la télévision. Entré à la rédaction d’Antenne 2 en 1982, il devient spécialiste des affaires politico-judiciaires et de terrorisme et crée le service d’enquête de la chaîne avant de fonder avec Élise Lucet l’émission « Pièces à conviction ». Il accompagne la création du site Francetvinfo. En 1991, il est co-lauréat avec Dominique Tierce du prix Albert Londres pour « l’affaire Farewell, la taupe ». Avec : Allan Kaval   Transports et environnement : quelles mobilités pour demain ? https://webtv.bpi.fr/doc=17499 2021-07-22 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17499/20210520-VivDurAR-AU01_01Bpi.mp3 01:14:22 Au niveau mondial, la moitié des émissions de gaz polluants et le tiers des gaz à effet de serre sont dus aux transports motorisés. Quels moyens de transports privilégier pour limiter la dépendance aux énergies fossiles et réduire les émissions de CO2 ? Le développement des transports collectifs et la recherche sur les nouveaux véhicules (véhicule autonome, motorisation électrique ou à l’hydrogène) peuvent-ils suffire à réduire significativement la pollution atmosphérique et sonore ? Doit-on aller plus loin pour limiter la circulation des véhicules les plus polluants ? Avec : Vincent Kaufmann, Laurent Castaignède Au niveau mondial, la moitié des émissions de gaz polluants et le tiers des gaz à effet de serre sont dus aux transports motorisés. Quels moyens de transports privilégier pour limiter la dépendance aux énergies fossiles et réduire les émissions de CO2 ? Le développement des transports collectifs et la recherche sur les nouveaux véhicules (véhicule autonome, motorisation électrique ou à l’hydrogène) peuvent-ils suffire à réduire significativement la pollution atmosphérique et sonore ? Doit-on aller plus loin pour limiter la circulation des véhicules les plus polluants ? Avec : Vincent Kaufmann, Laurent Castaignède Au niveau mondial, la moitié des émissions de gaz polluants et le tiers des gaz à effet de serre sont dus aux transports motorisés. Quels moyens de transports privilégier pour limiter la dépendance aux énergies fossiles et réduire les émissions de CO2 ? Le développement des transports collectifs et la recherche sur les nouveaux véhicules (véhicule autonome, motorisation électrique ou à l’hydrogène) peuvent-ils suffire à réduire significativement la pollution atmosphérique et sonore ? Doit-on aller plus loin pour limiter la circulation des véhicules les plus polluants ? Avec : Vincent Kaufmann, Laurent Castaignède   Voyager autrement https://webtv.bpi.fr/doc=17493 2021-07-13 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/17493/20210621VivDurAR-AU01_01Bpi.mp3 01:10:12 Ces dernières années, jusqu’à la crise sanitaire que nous connaissons, le tourisme international s’est démocratisé. Des études scientifiques récentes montrent que celui-ci serait à l’origine de 8% des émissions de gaz à effet de serre, ce qui fait du tourisme l’un des principaux vecteurs du réchauffement climatique. Il paraît donc nécessaire de repenser notre manière de voyager pour continuer à parcourir le monde sans dénaturer l’environnement. Quelles solutions alternatives peuvent être mises en place face au tourisme de masse ? Quels types de séjours sont vraiment respectueux de l’environnement ? Ces questions se posent d’autant plus au vu de la crise sanitaire actuelle : voyager sans prendre l’avion, voyager près de chez soi, est-ce encore voyager ? Avec : Bernard Schéou, Sylvie Brunel Ces dernières années, jusqu’à la crise sanitaire que nous connaissons, le tourisme international s’est démocratisé. Des études scientifiques récentes montrent que celui-ci serait à l’origine de 8% des émissions de gaz à effet de serre, ce qui fait du tourisme l’un des principaux vecteurs du réchauffement climatique. Il paraît donc nécessaire de repenser notre manière de voyager pour continuer à parcourir le monde sans dénaturer l’environnement. Quelles solutions alternatives peuvent être mises en place face au tourisme de masse ? Quels types de séjours sont vraiment respectueux de l’environnement ? Ces questions se posent d’autant plus au vu de la crise sanitaire actuelle : voyager sans prendre l’avion, voyager près de chez soi, est-ce encore voyager ? Avec : Bernard Schéou, Sylvie Brunel Ces dernières années, jusqu’à la crise sanitaire que nous connaissons, le tourisme international s’est démocratisé. Des études scientifiques récentes montrent que celui-ci serait à l’origine de 8% des émissions de gaz à effet de serre, ce qui fait du tourisme l’un des principaux vecteurs du réchauffement climatique. Il paraît donc nécessaire de repenser notre manière de voyager pour continuer à parcourir le monde sans dénaturer l’environnement. Quelles solutions alternatives peuvent être mises en place face au tourisme de masse ? Quels types de séjours sont vraiment respectueux de l’environnement ? Ces questions se posent d’autant plus au vu de la crise sanitaire actuelle : voyager sans prendre l’avion, voyager près de chez soi, est-ce encore voyager ? Avec : Bernard Schéou, Sylvie Brunel   Treize minutes : le féminisme https://webtv.bpi.fr/doc=16887 2021-06-30 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/16887/20210222-TreMinAR-AU01_01Bpi.mp3 01:06:51 Un thème, cinq intervenantes. Chacune a treize minutes pour traiter le sujet en fonction de son expérience professionnelle, son domaine de recherche ou son parcours personnel. Cinq points de vue singuliers pour une approche plurielle du féminisme. Par ces regards croisés, cette soirée transdisciplinaire propose de prendre un peu de hauteur et de lancer des pistes de réflexion Avec : Mounia El Kotni, Iris Brey, Noémie Lattre de, Camille Froidevaux-Metterie, Geneviève Brisac Un thème, cinq intervenantes. Chacune a treize minutes pour traiter le sujet en fonction de son expérience professionnelle, son domaine de recherche ou son parcours personnel. Cinq points de vue singuliers pour une approche plurielle du féminisme. Par ces regards croisés, cette soirée transdisciplinaire propose de prendre un peu de hauteur et de lancer des pistes de réflexion Avec : Mounia El Kotni, Iris Brey, Noémie Lattre de, Camille Froidevaux-Metterie, Geneviève Brisac Un thème, cinq intervenantes. Chacune a treize minutes pour traiter le sujet en fonction de son expérience professionnelle, son domaine de recherche ou son parcours personnel. Cinq points de vue singuliers pour une approche plurielle du féminisme. Par ces regards croisés, cette soirée transdisciplinaire propose de prendre un peu de hauteur et de lancer des pistes de réflexion Avec : Mounia El Kotni, Iris Brey, Noémie Lattre de, Camille Froidevaux-Metterie, Geneviève Brisac