BPI. Débats en ligne : Sciences et techniques https://webtv.bpi.fr FR Mon, 01 Mar 2021 05:00:18 +0100 Mon, 01 Mar 2021 05:00:18 +0100 https://webtv.bpi.fr/design/images/logo_bpi.jpg Bibliothèque publique d'information. Débats en ligne https://webtv.bpi.fr Bibliothèque publique d'information Bibliothèque publique d'information Sciences et techniques Sciences et techniques Qu'est-ce que la pandémie a appris à la science ? https://webtv.bpi.fr/doc=16762 2020-12-30 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/16762/20201109-PanSciAR-AU01_01Bpi.mp3 00:58:37 Comment les chercheurs et les chercheuses, au sein des laboratoires de recherche se sont organisés pour comprendre la Covid-19 ? Comment ont-ils dû faire évoluer leurs méthodes pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Et comment expliquer à des adolescents les enjeux liés à l’épidémie ? Avec : Eric D'ortenzio, France Mentré, Valérie Lallemand Breitenbach Comment les chercheurs et les chercheuses, au sein des laboratoires de recherche se sont organisés pour comprendre la Covid-19 ? Comment ont-ils dû faire évoluer leurs méthodes pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Et comment expliquer à des adolescents les enjeux liés à l’épidémie ? Avec : Eric D'ortenzio, France Mentré, Valérie Lallemand Breitenbach Comment les chercheurs et les chercheuses, au sein des laboratoires de recherche se sont organisés pour comprendre la Covid-19 ? Comment ont-ils dû faire évoluer leurs méthodes pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Et comment expliquer à des adolescents les enjeux liés à l’épidémie ? Avec : Eric D'ortenzio, France Mentré, Valérie Lallemand Breitenbach   Qu'est-ce que la pandémie a appris à la science ? https://webtv.bpi.fr/doc=16762 2020-12-30 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/16762/20201109-PanSciAR-AV01_01Bpi_vis.mp4 00:58:37 Comment les chercheurs et les chercheuses, au sein des laboratoires de recherche se sont organisés pour comprendre la Covid-19 ? Comment ont-ils dû faire évoluer leurs méthodes pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Et comment expliquer à des adolescents les enjeux liés à l’épidémie ? Avec : Eric D'ortenzio, France Mentré, Valérie Lallemand Breitenbach Comment les chercheurs et les chercheuses, au sein des laboratoires de recherche se sont organisés pour comprendre la Covid-19 ? Comment ont-ils dû faire évoluer leurs méthodes pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Et comment expliquer à des adolescents les enjeux liés à l’épidémie ? Avec : Eric D'ortenzio, France Mentré, Valérie Lallemand Breitenbach Comment les chercheurs et les chercheuses, au sein des laboratoires de recherche se sont organisés pour comprendre la Covid-19 ? Comment ont-ils dû faire évoluer leurs méthodes pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Et comment expliquer à des adolescents les enjeux liés à l’épidémie ? Avec : Eric D'ortenzio, France Mentré, Valérie Lallemand Breitenbach   Entretien avec Michel Agier https://webtv.bpi.fr/doc=16763 2020-12-11 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/16763/20201123-LirMonAR-AV01_01Bpi_vis.mp4 00:46:49 Que devient notre monde commun par temps de catastrophe ? Anthropologue, Michel Agier a beaucoup enquêté en Afrique et en Amérique latine. C’est cependant à Paris, un terrain de recherche inattendu, qu’il a écrit « Vivre avec des épouvantails » (Octobre 2020, éditions Premier Parallèle), au moment où nos repères connus semblaient se volatiliser sous les effets du coronavirus. Reliés les uns aux autres, du marché humide de Wuhan aux mégalopoles américaines en passant par les vieilles villes d’Europe, nous formons une société mondiale dont les corps sont les nouvelles frontières. Et dans ce nouveau rapport aux corps et aux autres, c’est un retour des grandes « peurs cosmiques » qui se joue, ces peurs fondamentales et immémoriales qui disent la vulnérabilité du vivant. Avec : Michel Agier Que devient notre monde commun par temps de catastrophe ? Anthropologue, Michel Agier a beaucoup enquêté en Afrique et en Amérique latine. C’est cependant à Paris, un terrain de recherche inattendu, qu’il a écrit « Vivre avec des épouvantails » (Octobre 2020, éditions Premier Parallèle), au moment où nos repères connus semblaient se volatiliser sous les effets du coronavirus. Reliés les uns aux autres, du marché humide de Wuhan aux mégalopoles américaines en passant par les vieilles villes d’Europe, nous formons une société mondiale dont les corps sont les nouvelles frontières. Et dans ce nouveau rapport aux corps et aux autres, c’est un retour des grandes « peurs cosmiques » qui se joue, ces peurs fondamentales et immémoriales qui disent la vulnérabilité du vivant. Avec : Michel Agier Que devient notre monde commun par temps de catastrophe ? Anthropologue, Michel Agier a beaucoup enquêté en Afrique et en Amérique latine. C’est cependant à Paris, un terrain de recherche inattendu, qu’il a écrit « Vivre avec des épouvantails » (Octobre 2020, éditions Premier Parallèle), au moment où nos repères connus semblaient se volatiliser sous les effets du coronavirus. Reliés les uns aux autres, du marché humide de Wuhan aux mégalopoles américaines en passant par les vieilles villes d’Europe, nous formons une société mondiale dont les corps sont les nouvelles frontières. Et dans ce nouveau rapport aux corps et aux autres, c’est un retour des grandes « peurs cosmiques » qui se joue, ces peurs fondamentales et immémoriales qui disent la vulnérabilité du vivant. Avec : Michel Agier   Entretien avec Michel Agier https://webtv.bpi.fr/doc=16763 2020-12-11 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/16763/20201123-LirMonAR-AU01_01Bpi.mp3 00:46:49 Que devient notre monde commun par temps de catastrophe ? Anthropologue, Michel Agier a beaucoup enquêté en Afrique et en Amérique latine. C’est cependant à Paris, un terrain de recherche inattendu, qu’il a écrit « Vivre avec des épouvantails » (Octobre 2020, éditions Premier Parallèle), au moment où nos repères connus semblaient se volatiliser sous les effets du coronavirus. Reliés les uns aux autres, du marché humide de Wuhan aux mégalopoles américaines en passant par les vieilles villes d’Europe, nous formons une société mondiale dont les corps sont les nouvelles frontières. Et dans ce nouveau rapport aux corps et aux autres, c’est un retour des grandes « peurs cosmiques » qui se joue, ces peurs fondamentales et immémoriales qui disent la vulnérabilité du vivant. Avec : Michel Agier Que devient notre monde commun par temps de catastrophe ? Anthropologue, Michel Agier a beaucoup enquêté en Afrique et en Amérique latine. C’est cependant à Paris, un terrain de recherche inattendu, qu’il a écrit « Vivre avec des épouvantails » (Octobre 2020, éditions Premier Parallèle), au moment où nos repères connus semblaient se volatiliser sous les effets du coronavirus. Reliés les uns aux autres, du marché humide de Wuhan aux mégalopoles américaines en passant par les vieilles villes d’Europe, nous formons une société mondiale dont les corps sont les nouvelles frontières. Et dans ce nouveau rapport aux corps et aux autres, c’est un retour des grandes « peurs cosmiques » qui se joue, ces peurs fondamentales et immémoriales qui disent la vulnérabilité du vivant. Avec : Michel Agier Que devient notre monde commun par temps de catastrophe ? Anthropologue, Michel Agier a beaucoup enquêté en Afrique et en Amérique latine. C’est cependant à Paris, un terrain de recherche inattendu, qu’il a écrit « Vivre avec des épouvantails » (Octobre 2020, éditions Premier Parallèle), au moment où nos repères connus semblaient se volatiliser sous les effets du coronavirus. Reliés les uns aux autres, du marché humide de Wuhan aux mégalopoles américaines en passant par les vieilles villes d’Europe, nous formons une société mondiale dont les corps sont les nouvelles frontières. Et dans ce nouveau rapport aux corps et aux autres, c’est un retour des grandes « peurs cosmiques » qui se joue, ces peurs fondamentales et immémoriales qui disent la vulnérabilité du vivant. Avec : Michel Agier   Les plantes sont-elles sensibles ? https://webtv.bpi.fr/doc=16098 2020-10-09 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/16098/20200921-IntPlanAR-AU01_01Bpi.mp3 01:54:30 Il y a encore très peu d’années, on parlait d’irritabilité végétale, s’agissant d’une sensibilité que l’on peinait à reconnaître aux plantes, quand les animaux étaient eux-mêmes considérés comme des machines. Aujourd’hui, le terme de sensibilité végétale est reconnu et est même parfois envisagé comme une véritable forme d’intelligence. En quoi consiste la sensibilité végétale, et qu’a-t-on vraiment appris sur elle au cours de ces dernières années ? Avec : Catherine Lenne, Marc Williams Debono Il y a encore très peu d’années, on parlait d’irritabilité végétale, s’agissant d’une sensibilité que l’on peinait à reconnaître aux plantes, quand les animaux étaient eux-mêmes considérés comme des machines. Aujourd’hui, le terme de sensibilité végétale est reconnu et est même parfois envisagé comme une véritable forme d’intelligence. En quoi consiste la sensibilité végétale, et qu’a-t-on vraiment appris sur elle au cours de ces dernières années ? Avec : Catherine Lenne, Marc Williams Debono Il y a encore très peu d’années, on parlait d’irritabilité végétale, s’agissant d’une sensibilité que l’on peinait à reconnaître aux plantes, quand les animaux étaient eux-mêmes considérés comme des machines. Aujourd’hui, le terme de sensibilité végétale est reconnu et est même parfois envisagé comme une véritable forme d’intelligence. En quoi consiste la sensibilité végétale, et qu’a-t-on vraiment appris sur elle au cours de ces dernières années ? Avec : Catherine Lenne, Marc Williams Debono   Les plantes sont-elles sensibles ? https://webtv.bpi.fr/doc=16098 2020-10-09 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/16098/20200921-IntPlaAR-AV01_01Bpi_vis.mp4 01:54:30 Il y a encore très peu d’années, on parlait d’irritabilité végétale, s’agissant d’une sensibilité que l’on peinait à reconnaître aux plantes, quand les animaux étaient eux-mêmes considérés comme des machines. Aujourd’hui, le terme de sensibilité végétale est reconnu et est même parfois envisagé comme une véritable forme d’intelligence. En quoi consiste la sensibilité végétale, et qu’a-t-on vraiment appris sur elle au cours de ces dernières années ? Avec : Catherine Lenne, Marc Williams Debono Il y a encore très peu d’années, on parlait d’irritabilité végétale, s’agissant d’une sensibilité que l’on peinait à reconnaître aux plantes, quand les animaux étaient eux-mêmes considérés comme des machines. Aujourd’hui, le terme de sensibilité végétale est reconnu et est même parfois envisagé comme une véritable forme d’intelligence. En quoi consiste la sensibilité végétale, et qu’a-t-on vraiment appris sur elle au cours de ces dernières années ? Avec : Catherine Lenne, Marc Williams Debono Il y a encore très peu d’années, on parlait d’irritabilité végétale, s’agissant d’une sensibilité que l’on peinait à reconnaître aux plantes, quand les animaux étaient eux-mêmes considérés comme des machines. Aujourd’hui, le terme de sensibilité végétale est reconnu et est même parfois envisagé comme une véritable forme d’intelligence. En quoi consiste la sensibilité végétale, et qu’a-t-on vraiment appris sur elle au cours de ces dernières années ? Avec : Catherine Lenne, Marc Williams Debono   Les plantes ont-elles une mémoire ? https://webtv.bpi.fr/doc=15263 2020-06-29 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/15263/20200309-IntPlaAR-AV01_01Bpi_vis.mp4 01:55:59 La mémoire est l’une des conditions de l’intelligence humaine. En est-il de même pour les plantes ? Que sait-on de la mémoire végétale, et s’agit-il bien de mémoire ? À moins qu’il ne s’agisse des traces physiologiques d’événements passés et des réponses qui leur ont été données ? Dans quelle mesure les plantes mémorisent-elles et disposent-elles d’un passé incarné ? Tel est l’un des domaines les plus subtils et les plus controversés relatifs à l’intelligence végétale. Avec : Iglika Christova, Claire Damesin, Ludovic Martin La mémoire est l’une des conditions de l’intelligence humaine. En est-il de même pour les plantes ? Que sait-on de la mémoire végétale, et s’agit-il bien de mémoire ? À moins qu’il ne s’agisse des traces physiologiques d’événements passés et des réponses qui leur ont été données ? Dans quelle mesure les plantes mémorisent-elles et disposent-elles d’un passé incarné ? Tel est l’un des domaines les plus subtils et les plus controversés relatifs à l’intelligence végétale. Avec : Iglika Christova, Claire Damesin, Ludovic Martin La mémoire est l’une des conditions de l’intelligence humaine. En est-il de même pour les plantes ? Que sait-on de la mémoire végétale, et s’agit-il bien de mémoire ? À moins qu’il ne s’agisse des traces physiologiques d’événements passés et des réponses qui leur ont été données ? Dans quelle mesure les plantes mémorisent-elles et disposent-elles d’un passé incarné ? Tel est l’un des domaines les plus subtils et les plus controversés relatifs à l’intelligence végétale. Avec : Iglika Christova, Claire Damesin, Ludovic Martin   Les plantes ont-elles une mémoire ? https://webtv.bpi.fr/doc=15263 2020-06-29 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/15263/20200309-IntPlarAR-AU01_01Bpi.mp3 01:55:59 La mémoire est l’une des conditions de l’intelligence humaine. En est-il de même pour les plantes ? Que sait-on de la mémoire végétale, et s’agit-il bien de mémoire ? À moins qu’il ne s’agisse des traces physiologiques d’événements passés et des réponses qui leur ont été données ? Dans quelle mesure les plantes mémorisent-elles et disposent-elles d’un passé incarné ? Tel est l’un des domaines les plus subtils et les plus controversés relatifs à l’intelligence végétale. Avec : Iglika Christova, Claire Damesin, Ludovic Martin La mémoire est l’une des conditions de l’intelligence humaine. En est-il de même pour les plantes ? Que sait-on de la mémoire végétale, et s’agit-il bien de mémoire ? À moins qu’il ne s’agisse des traces physiologiques d’événements passés et des réponses qui leur ont été données ? Dans quelle mesure les plantes mémorisent-elles et disposent-elles d’un passé incarné ? Tel est l’un des domaines les plus subtils et les plus controversés relatifs à l’intelligence végétale. Avec : Iglika Christova, Claire Damesin, Ludovic Martin La mémoire est l’une des conditions de l’intelligence humaine. En est-il de même pour les plantes ? Que sait-on de la mémoire végétale, et s’agit-il bien de mémoire ? À moins qu’il ne s’agisse des traces physiologiques d’événements passés et des réponses qui leur ont été données ? Dans quelle mesure les plantes mémorisent-elles et disposent-elles d’un passé incarné ? Tel est l’un des domaines les plus subtils et les plus controversés relatifs à l’intelligence végétale. Avec : Iglika Christova, Claire Damesin, Ludovic Martin   Entretien avec Jacques Tassin https://webtv.bpi.fr/doc=15233 2020-06-02 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/15233/20200528-IntPlanAR-AV01_01Bpi_vis.mp4 00:50:07 Entretien avec Jacques Tassin, écrivain et chercheur en écologie au Cirad à Montpellier. Avec : Jacques Tassin Entretien avec Jacques Tassin, écrivain et chercheur en écologie au Cirad à Montpellier. Avec : Jacques Tassin Entretien avec Jacques Tassin, écrivain et chercheur en écologie au Cirad à Montpellier. Avec : Jacques Tassin   Comment les plantes collaborent ? https://webtv.bpi.fr/doc=15219 2020-05-20 https://webtv.bpi.fr/download/podcast/15219/20200217-IntPlaAR-AV01_01Bpi_vis.mp4 01:47:56 Le propre du végétal est de s’allier avec les autres formes de vie, selon un foisonnement collaboratif. Longuement ancrées au sol, les plantes sont vouées à se fondre dans leur environnement vivant afin de tirer parti durablement de leurs partenaires. Elles y parviennent avec une réussite confondante. S’agirait-il d’une forme d’intelligence ? Avec : Bertrand Schatz, Francis Martin Le propre du végétal est de s’allier avec les autres formes de vie, selon un foisonnement collaboratif. Longuement ancrées au sol, les plantes sont vouées à se fondre dans leur environnement vivant afin de tirer parti durablement de leurs partenaires. Elles y parviennent avec une réussite confondante. S’agirait-il d’une forme d’intelligence ? Avec : Bertrand Schatz, Francis Martin Le propre du végétal est de s’allier avec les autres formes de vie, selon un foisonnement collaboratif. Longuement ancrées au sol, les plantes sont vouées à se fondre dans leur environnement vivant afin de tirer parti durablement de leurs partenaires. Elles y parviennent avec une réussite confondante. S’agirait-il d’une forme d’intelligence ? Avec : Bertrand Schatz, Francis Martin